besoin de solidarité

De charlot le 18/05/2021 (2 visites depuis 7 jours)




Ça fait longtemps que la terre va mal, les gens se calent, ils agissent comme des animaux, plus rien n’est amical, tout est bestial, on s’attaquent, on se mords comme des chacals, aussi pire que des rats dans les canals, je suis chez moi je regarde ces canaux, ça me fait mal, les hommes se prennent pour des mâles dominant, tout en se lamentant lentement en souffrant, c’est maintenant, c’est le moment d’agir, regardons en avant, c’est en s’aimant qu’on pourra reprendre le contrôle, je ne veux pas finir en taule, tout ces chats errants qui miaulent me mettent larme à l’œil, lève toi de ton fauteuil, je ne te demande pas de sortir ton portefeuille.


On a besoin de vous, je ne resterai pas chez nous, allez venez on va faire les fous, même si tu me roues de coups, je ne me mettrai pas à genoux, même si tu me pogne au cou, nous on se lèvent debout, quoi que t’en pense je m’en fou.


Regardons-nous dans les yeux, aimons-nous pour ne pas finir dans les cieux, battons-nous pour la liberté on vaut mieux, entraidons-nous gang de fous que pensent les dieux, je sais que tu le peux, moi c’est tout ce que je veux, arrêtons d’êtres malheureux, prenons-nous par les mains, cessons de faire nos crétins, nous ne sommes pas des félins, ça suffit de faire nos vilains, mettons-nous en cercle et chantons se refrain, pour qu’on puissent voir demain.


On a besoin de vous, je ne resterai pas chez nous, allez venez on va faire les fous, même si tu me roues de coups, je ne me mettrai pas à genoux, même si tu me pogne au cou, nous on se lèvent debout, quoi que t’en pense je m’en fou. On a besoin de vous, je ne resterai pas chez nous, allez venez on va faire les fous, même si tu me roues de coups, je ne me mettrai pas à genoux, même si tu me pogne au cou, nous on se lèvent debout, quoi que t’en pense je m’en fou.