Et finalement

De charlot le 08/08/2021 (9 visites depuis 7 jours)






Et finalement, je m’en vais lentement, je t’ai aimé tendrement, mon corps est en mouvement comme l’océan, ma vie vit un effondrement tel les lamentements d’un chien errant qu’on abat froidement, c’est clairement la fin, je t’ai aimé passionnément, je t’ai au fond de moi, dans mon sang, je te sens, c’est le moment, je suis en colère, j’exploserais comme un volcan, je casserais tous férocement, plus les heures avancent plus je suis prêt, si on chantaient une dernière fois, merci d’avoir pris soin de moi, il faut que tu gardes la foi, je vais me souvenir de ta peau douce comme la soie, je m’en vais loin, pas besoin de t’en vouloir, je t’attendrai dans le grand couloir, si j’avais le pouvoir je resterais, faut croire que la vie est comme ça, serres ton mouchoir, avec la tristesse ne recommence surtout pas à boire, je ne peux m’empêcher de m’émouvoir, bye à la prochaine, je t’aime, je te garde une place sur mon fauteuil, je vole comme une feuille, je t’attend, au revoir ma belle.