J'ai arrêté

De charlot le 13/10/2021 (39 visites depuis 7 jours)

Depuis que tu es parti, j’ai arrêté de vivre, mon amour, je lis des livres, pour ne pas replonger dans nos souvenirs, je sens ton soupir dans mon cou, je suis ivres, je quitte tous, pour prendre un navire et ça ne me fait pas plaisir, je souffre tant en ce moment, j’ai le sang qui ce glace en dedans, j’ai seulement le goût de partir, ça ne sert à rien de fuir, faut pas se mentir, je suis tanné de souffrir, mon navire est arrivé, le temps file, je fais la file, au loin s’aperçois cette fille, elle est si belle, si magnifique, je suis à la piscine, elle vient me rejoindre, on parle, on boit, on rigole, au fil des jours on se rapproche, est-ce que la vie me laisse une autre chance? Est-ce que tu me relance? Tu veux que j’avance, tu veux que j’aille mieux, merci dieu, voilà ma chance, un mois plus tard, il est temps de revenir, mon voyage tire à sa fin, est-ce que tu veux qu’on se revoient? Est-ce que tu habites très loin? Tu prends ton chemin, mais qu’est-ce qui se passe? Tu es froide, distante, est-ce que tout va bien? Tu envois la main au loin à quelqu’un, qui est-ce? Est-ce un ami? Ah non c’est sûr que tu me niaises, tu me dis de m’éloigner, qu’on ne se reverra pas, de ne pas me faire d’idées, il arrive avec deux enfants, il prend tes valises, t’embrasse sur la bouche, les enfants te sautent dans les bras, maman on s’est ennuyés de toi, papa c’est bien occupé de nous, rentrons, je te regarde partir, j’ai compris, la vie n’est pas facile, elle te lance sans arrêt des missiles, je me relève et je tombe, j’ai une vie à vivre, je suis jeune, je ne veux pas aller tout de suite dans ma tombe, la vie est bonne, mais parfois elle est aussi monotone.