je ne me rapelle plus de toi

De charlot le 29/06/2021 (3 visites depuis 7 jours)






Assis dans mon fauteuil, je me balance, je regarde par la fenêtre, j’attends quelqu’un, je ne sais pas qui mais je sais que j’ai hâte de la voir. L’infirmière ma dit que tu viendrais, j’attends quelques heures, je pleure. Elle vient me reconduire dans ma chambre, je ne mange presque pas, je me demande pourquoi, viens me chercher seigneur que mes malheurs cesse, est-ce que je vais mourir dans la tristesse?



Je ne me rappelle plus de toi mais crois moi dans le fond je t’aimerai toujours. Je ne sais même plus quel jour on est, s’il te plaît ne m’abandonne pas, je serai toujours là, prend moi dans tes bras, dit moi que tu ne m’en veux pas, que tu te souviendras et m’aimeras jusqu’à temps que je parte là-bas


Finalement, tu arrives, je suis si heureuse, je veux que tu me ramène à la maison, tu me dis non, que je suis mieux ici, tu es à l’abri, tu es malade, tu perds la raison. Maintenant c’est ici ta maison. Je viendrai te voir souvent, ton père n’est pas avec toi? non maman, papa ne viendra plus, ou est-il? ou est-il? Il est dans tes souvenirs et ton cœur. Il t’attend là-haut. Écoute maman je reviendrai te voir, je dois m’en aller je travaille demain bye, je t’aime, bye ma fille, tu diras à ton père qu’il vienne me voir et que je l’aime. Elle est partie, tu ne dors pas de la nuit. Tu essais de te rappeler de ta vie, il y a des trous, tu te met à genoux. Tu pries le seigneur je suis prête. Je veux être avec l’homme que j’aime et que je vois dans mes rêves, j’arrive.


Je ne me rappelle plus de toi mais crois moi dans le fond je t’aimerai toujours. Je ne sais même plus quel jour on est, s’il te plaît ne m’abandonne pas, je serai toujours là, prend moi dans tes bras, dit moi que tu ne m’en veux pas, que tu te souviendras et m’aimeras jusqu’à temps que je parte là-bas
Je ne me rappelle plus de toi mais crois moi dans le fond je t’aimerai toujours. Je ne sais même plus quel jour on est, s’il te plaît ne m’abandonne pas, je serai toujours là, prend moi dans tes bras, dit moi que tu ne m’en veux pas, que tu te souviendras et m’aimeras jusqu’à temps que je parte là-bas