Jours de vent

De chïsana hoshi le 04/06/2011 (1 visite depuis 7 jours)

Cœur sensible d’un être sublime
Mon âme va trop longtemps enchaînée
Mon âme demeure toujours affamée
A la table de ce monde infirme

Ma vie dure encore vraiment longtemps
J’ai beaucoup attendu, marché tout le temps
J’ai longtemps été à l’écoute des voix
Aucune ne semble m’interpeller hélas !

J’ai bien tout observé mais ne vois
Que ces mêmes ombres qui me lassent
Cœur sensible d’un être éblouissant
Mon corps est plein de choses sordides

Alors que mon cœur lui est vide
Alors que mes jours vont lentement ...