Le soir du dimanche 10 mai

De luciano VAL le 09/01/2010 (1 visite depuis 7 jours)

Le soir du dimanche dix mai,
Les as-tu vus crier victoire,
Envahir chaussées et trottoirs,
Tous ceux qui se sentaient brimés,
Laissés pour compte ou abimés,
Qui se croyaient au purgatoire
Jusqu’à ce joli soir de mai ?

D’aucuns disaient, en ce dix mai,
En ce soir de grande victoire
Fêtée sur tout le territoire,
Que ce jour là ils imprimaient,
Deux points, ouvrez les guillemets,
« Une page de notre histoire »,
Qu’ils vivaient leur grand soir en mai.

Si pour certains, ils exprimaient
A travers leurs cris de victoire,
De fols espoirs contradictoires,
Pour les petits qu’on opprimait,
Les chômeurs, les sous-estimés
Relégués en cités-dortoirs,
La vie commençait désormais.

Je t’observe qui ne dis mais...
D’entendre ces chants de victoire
Dans la nuit, tout le répertoire,
Peut-être que tu réprimais
Quelques larmes, sans déprimer,
Car tu prédisais le foutoir
Aux lendemains chantant de mai.

On me dira : « Prends parti! ». Mais,
Nul besoin de réquisitoire,
Près de la moitié, c’est notoire,
Du bon peuple récriminait,
Mais au fond de lui estimait
Que le mal serait provisoire
Après ce triste soir de mai.

Enfant, tu sauras du dix mai
Ce qu’en rapportera l’histoire,
La vraie portée de la victoire.
Mais moi, je n’oublierai jamais,
- Faut-il jeunesse incriminer ?-,
Qu’on sortait d’une préhistoire
En ce fameux soir du dix mai.