APRÈS LE BIP

De Pascal.b le 07/10/2016 (1 visite depuis 7 jours)

J'ai composé longtemps,
son numéro par coeur,
en hésitant souvent,
la peur du répondeur,
Sans doute.
Je me rappelle,
j'avais comme un frisson
de parler avec elle,
d'entendre enfin le son
De sa voix, si proche,
rassurante et sans reproche.

J'ai peur d'oublier sa voix,
comme on oublie les images,
Alors je garde comme un trésor,
mon ancien répondeur,
Et J'écoute le message,
laissé par ma mère, un soir.
Elle est toujours là, belle.
Merci à Graham Bell.

Quelquefois nostalgique,
je compose le numéro.
j'attend quelques sonneries,
L'imaginant me dire "allo".
C'est une voix d'inconnue
qui s'excuse de son absence,
Un instant, l'espoir venu,
comble mon impatience,
Mais le mirage se dissipe
Et je raccroche avant le bip.

J'ai peur d'oublier sa voix,
comme on oublie les images,
Alors je garde comme un trésor,
mon ancien répondeur,
Et J'écoute le message,
laissé par ma mère, un soir.
Elle est toujours là, belle.
Merci à Graham Bell.

La distance nous excuse,
Parfois trop occupé,
c'est le temps qu'on accuse,
de n'y avoir pas pensé.
Alors qu'un rien nous sépare,
elle est à portée de voix,
celle à qui rien ne se compare.
J'aimerai l'entendre ce soir,
juste quelques secondes,
Mais l'eau est passée sous les ponts.

J'ai peur d'oublier sa voix,
comme on oublie les images,
Alors je garde comme un trésor,
mon ancien répondeur,
Et J'écoute le message,
laissé par ma mère, un soir.
Elle est toujours là, belle.
Merci à Graham Bell.

Pascal.b

Tous Droits réservés



L'auteur :
Pascal.b
Pascal.b

la tête dans les étoiles mais toujours les pieds sur terre...
Mon premier recueil de Textes DES MOTS POUR LES MAUX disponible en ebook sur AMAZON, KOBO et APPLE

Textes déposés à la SACD

Web : http://www.myspace.com/popodobrasil
Me contacter