l aveu

De la plume le 10/04/2014 (6 visites depuis 7 jours)

excuser moi demoiselle,si vous le permettez j ai un aveu a vous faire.
je ne saurais dire comment ni pourquoi mais vous avez
émerveillez tout mon être
je ne vous ai aperçu qu’une fois depuis lors vous apparaissez dans mes plus beaux rêves
depuis que je vous ai vu je ressens des trucks hallucinants
j'ose bien croire que vous avez fait naitre en moi le plus
grand des sentiments
même dans le noir je serai capable de dessiner votre visage car il est devenu mon plus beau paysage
j'aurai jamais cru qu’un sourire pouvait habiller mes journées
j'aurai jamais su qu’un regard pouvait arrêter la terre de tourner
j'ai beau essayé de m'en dissuader que c'est un béguin et qu'il est passager mais je m'en suis vite rendu compte de l’évidence a quel point mon amour pour vous il est immense
je sais bien que je n'ai aucune chance ,neamoins j'aurai libéré cet énorme fardeau de ma conscience
pardonner moi si mes mots vous offensent ,mais je ne pouvais m en empercher
je sais que je suis le fils de votre jardinier et que j'ai pas le droit de vous approcher
la douceur et la tendresse de vos mains sont surement faite pour le roi de la principauté
mais moi je me jetterai du haut d'une falaise juste pour être à vos cotés
certes nous ne sommes pas de la même classe sociale ,mais dans votre cœur je voudrais juste avoir une place