LE SALTIMBANQUE

De Pascal.b le 03/07/2016 (5 visites depuis 7 jours)

Il jouait dans le métro,
en bandoulière l'accordéon,
une musique bien rétro.
Dans ma tête, cette chanson
résonne encore comme un écho.
Personne ne portait attention
à ce vieil homme au chapeau,
à ce vieillard sans conditions.

Il jouait dans le métro,
en bandoulière l'accordéon,
une musique bien rétro.
Dans ma tête, cette chanson
résonne encore comme un écho.
résonne encore comme un écho.

Pourtant, sans se résigner,
l'homme, à la mine fatiguée,
gagnait sa dîme, sa dignité
en jouant des airs sans s'essouffler,
passant de rame en rame,
ignorant d'être ignoré.
Quidam parmi les quidams
j'étais là à l'observer.

Il jouait dans le métro,
en bandoulière l'accordéon,
une musique bien rétro.
Dans ma tête, cette chanson
résonne encore comme un écho,
résonne encore comme un écho.

Devant la bouche d'un métro,
Je vis le vieux dans la rue,
Seul, paré d'oripeaux,
dépouillé de superflus.
L'instrument sur le dos,
Le vieil homme semblait perdu.
Et depuis dans le métro,
Chaque matin, on ne l'entend plus...

Il jouait dans le métro,
en bandoulière l'accordéon,
une musique bien rétro.
Dans ma tête, cette chanson
résonne encore comme un écho,
résonne encore comme un écho...

Pascal.b

Tous droits réservés



L'auteur :
Pascal.b
Pascal.b

la tête dans les étoiles mais toujours les pieds sur terre...
Mon premier recueil de Textes DES MOTS POUR LES MAUX disponible en ebook sur AMAZON, KOBO et APPLE

Textes déposés à la SACD

Web : http://www.myspace.com/popodobrasil
Me contacter