Libre

De Mario Carva le 09/03/2009 (1 visite depuis 7 jours)

Il a presque vingt ans
et il est déjà
Fatigué de rêver

Il sais que derrière
les murs il y a sa mère
Sa maison son quartier

Il dit que le tas de béton
N’est qu’un éloge à l’abandon

Quelque chose dans la quelle
le monde veut cacher
La peur l’abdication

Dans sa tête un brouillard
Un concert des verrous
un parfum de folie

Il s’éteint lentement
Le reflet du miroir
Quand arrive la nuit

Les mains grippés sur les barreaux
D’étoiles filantes aux fond des yeux

Une prière de silence
Au monument de non sens
Qui lui ronge la peau

Libre je suis né pour être libre
Revoir la vie comme un cadeau
Libre je suis né pour être libre
Avoir une chance d’être heureux

Libre comme un fleuve qui déborde de son lit
Et retrouve sa vérité
pour savoir ce qu’est enfin la liberté

Vers le chemin de ronde
Ses pas l’ont conduit
La liberté en blason

Il la rêvait si fort
qu’il n’a pas entendu
Les cris de sommation

Avec le cœur coupé en deux
La vie s’échappe de ses yeux

Derrière le mirador
des milliers d’oiseaux
s’envolent dans le ciel bleu