MÈRE

De Pascal.b le 16/01/2010 (10 visites depuis 7 jours)

Mère en ton sein,
J’ai grandi.
De ton sein,
me suis nourri.
J’y ai puisé l’énergie,
source de ma vie.
Mère, crainte et adorée,
à la fois sainte et
diabolisée,
je fus ton disciple
rebelle et docile,
aujourd’hui recueilli.

Tu manques ici
à ce petit monde
qui ne grandit plus
ne tourne plus rond…

Mère, divinité
même idolâtrée,
à perpétuité,
Matrice de l’humanité.
Mère tu t’es donnée
pour l’éternité.
Mère maternelle
et mortelle,
tu fus pour moi celle
qui a donné sens
à la vie, à l'essentiel
de mes connaissances.

Tu manques ici
A ce petit monde
Qui ne grandit plus
Ne tourne plus rond…



Mère, nourricière
Modèle éphémère,
Icône,
Fleur parmi les roses,
Eclat d’un jour.
et revient toujours.
Mère, dans ma mémoire
est gravée l’histoire,
le temps d’une vie,
d’un album de famille,
d’une bataille invisible,
Une étoile encore brille.


Tu manques ici
A ce petit monde
Qui ne grandit plus
Ne tourne plus rond…

Je ne grandis plus
Ne tourne plus rond…

Pascal.b

Tous droits réservés