Pauvre Max

De Mario Carva le 09/03/2009 (0 visite depuis 7 jours)

Ça faisait déjà vingt piges
Qu’il traînait sa redondance
Tourisme d’haute voltige
Dans toutes les prison de France

Il croyait que les courbettes
L’approcherai du portail
Quitte à passer pour une tapette
Et je m’en passe des détails

Pauvre Max il attendait
Qu’on lui fasses une ristourne
Sur son capital de vie
Avant de finir dans l’urne

Il attendait comme tant d’autres
Qu’on lui fixe un horizon
Pour effacer avec des feutres
Les gammes noires de son violon

Il l’a trouvé pendu
le matin dans sa cellule
Le Maton qui le soir même
Lui avait craché à la figure

Tu ne sortiras jamais
T’es la bonne marchandise
Qui fait tourner la maison
Qu’on le sache qu’on se le dise

Ça faisait déjà vingt piges
Qu’il traînait sa repentance
Tourisme d’haute voltige
Dans toutes les prison de France

Pauvre Max pendu tout court
Après vingt ans de galère
Un naufragé de la vie
Avec la mort pour seul repère