L'outrage aux baobabs

De MrJofern le 15/09/2011 (9 visites depuis 7 jours)

Forêt d'essences frêles aux feuilles opalescentes
Chargées de graines avides et colonisatrices
Soufflées par une haleine toxique et bienveillante
Jusqu'à l'océan gris route des préjudices
Déposées sur le pont des vaisseaux de Gamma
Bénis par le Saint Siège aveuglément cynique
Elles tanguent au gré des flots dans leur anonymat
La traversée est longue, enfin voilà l'Afrique

Le réveil a sonné comme sonne le glas
Et d'un élan commun telle une armée antique
Elles roulent sur le sable avides de combat
Programmées pour mener leur plan machiavélique
Occupant la savane elles prennent position
Puis s'immergent perfides dans la sève des veines
Du corps des bruns colosses cibles de leur mission
Ancestraux rois des bois de leur nation sereine

Des racines profondes de ces titans accorts
Les germes pernicieux ont tissé leurs filets
Chaque maille est garrot pour le géant qui dort
Pour le moment serein, gardien de la forêt
Loin de pouvoir penser qu'en ses tréfonds obscurs
Se trame le destin de ses frères d'écorce
Qu'il vit ses derniers jours libre dans la nature
Et qu'en lui le malin subtilise ses forces

Les années ont passé et la donne à changé
A présent gris et maigres courbés sur leurs troncs glabres
Soumis par ces tyrans venus pour les piller
Privés de ces substances qui les avaient fait arbres
Serviteurs silencieux de ces fluets despotes
Branches hypertrophiées et conscience atrophiée
Semer le grand chaos n'est pour eux qu'anecdote
Fruits de l'inquisiteur, dont ils sont les croisés

Mais gare à la révolte, au retour de bâton
La mortification décuple la rancœur
Des sujets d'exception restés droits, faisant front
Éclaireurs éclairés, héros libérateurs
Entrainant derrière eux les forêts en furie
Se mettront en travers de leurs desseins odieux
Et petit à petit, chassant la tyrannie
Ils reprendront le fil d'un chant mélodieux