J'ai navigué longtemps sur de lourdes pirogues

De luciano VAL le 28/07/2009 (1 visite depuis 7 jours)

D’abord, par le hublot, l’immense étendue verte,
A perte d’horizon, avant de nous poser,
Puis cette chaleur moite, la porte à peine ouverte,
Qui vous saute au visage, à vous indisposer.
C’était mon premier jour d’années de découvertes.

J’ai vite pénétré dans la forêt profonde,
Lilliputien violant un milieu de géants.
Comme pour m’interdire l’accès à leur monde,
Des arbres abattus gisaient au sol, béants,
Immolés au profit d’essences plus fécondes.

J’ai dormi bien des fois dans des lits de fortune,
Réveillé fréquemment par des singes hurleurs,
Nous reprochant notre présence inopportune.
Puis, au lever du jour, d’autres oiseaux, siffleurs,
Avaient pris le relais, enjôleurs, sans rancune.

J’ai vu des animaux de toutes les espèces,
Grenouilles et serpents, tatous et pécaris,
Crapauds-boeufs, mygales sur des feuilles épaisses,
Piranhas, caïmans, agoutis, maïpouris,
Anacondas géants qu’on chasse et qu’on dépèce.

J’ai navigué longtemps sur de lourdes pirogues,
Brulé par le soleil et le vent, tout à tour.
Au détour d’un bras, on croisait un géologue
Qui rentrait de mission aux proches alentours,
Ou des élèves sur le chemin du retour.

J’ai dansé une nuit pour la fête des hommes
Chez des amérindiens, tournant autour d’un mât,
Buvant une boisson alcoolisée, un baume,
Jusqu’au petit matin, dans un semi-coma,
M’associant aux chants, lancinants comme un psaume.