Merci à eux

De Zouximarak le 27/08/2020 (4 visites depuis 7 jours)

______
La vie est un flot déchaîné, où pâlissent même les plus vaillants
Dans la noirceur, dans les regrets, tout semble emporté par le vent

Regarde au loin, un phare éclaire, robuste et dominant les eaux
Cet éden aux mille lumières, qui te guide depuis le berceau

Bien que noyé dans les naufrages, et les échecs les plus cuisants
C’qui permet de reprendre le large, demeurera toujours tes parents
______

Dans ta pupille, comme les abysses, si facile pourtant d’y plonger
On y lit si bien la malice, les rires et les larmes du passé

Le temps est comme la tempête, il souffle et balaye les forêts
Ton front ne fut pas à la fête, luisant de mèches déracinées

Fusion de nos passions communes, les pages souillées par le graphite
Les échardes comme infortune, les cordes si pincées qu’elles s’effritent

Je me souviens d’un jour de fouille, cette gratte sortie de nulle part
Rêvant de la « holà » des foules, mais le talent fut bien avare

Sache que malgré les fausses notes, les amplis et les cordes cassées
Un souvenir jamais ne décote, je m’accorde à vous le conter

Des heures à poncer de l’érable, de vieilles cassettes et pas un mot
Moment père fils inestimable, jetez donc tous vos lingots

C’est une de mes raisons de vivre, poussant à déployer mes ailes
Selon moi un exemple à suivre, un objectif et un modèle

Tu m’as plongé, bien jeune déjà, dans les poèmes de Séchan
À l’image de l’hémisphère droit, qui m’aide à cultiver mes chants

Un couplet restera trop court, pour écrire ce que je ressens
Les scribes ont tant figé l’amour, qu’innover en devient lassant

______
La vie est un flot déchaîné, où pâlissent même les plus vaillants
Dans la noirceur, dans les regrets, tout semble emporté par le vent

Regarde au loin, un phare éclaire, robuste et dominant les eaux
Cet éden aux mille lumières, qui te guide depuis le berceau

Bien que noyé dans les naufrages, et les échecs les plus cuisants
C’qui permet de reprendre le large, demeurera toujours tes parents
______

L’ordre n’a pas tant d’importance, ces vers sont désormais pour toi
Cela équilibre la balance, tu m’connais plus tôt de neuf mois

Tant de sacrifices de ta part, à sabrer des heures de répit
Tu mériterais ton oscar, mère la journée, sauveuse la nuit

Je n’ai pas toujours été juste et m’en suis bien mordu les doigts
Quand la naïveté infuse, les compliments traînent parfois

Qu’importe les vagues de tensions, le temps reste le seul juge
Si les miles sont la solution, je pars loin des cris, du grabuge

Mais sache que malgré la distance, à chaque étape de ma vie
Les fois où je me trompe de sens, tu me guides vers la sortie

Donc à la moindre hésitation, quand le brouillard floute mes pensées
Tu restes la voix de ma raison, la brise qui balaye la fumée

Car bien que tout semble innocent, quand tu nous indiques les sentiers
Tu galvanises tes enfants, sous couvert de l’humilité

Nous guidant loin de la débauche, et des pensées les plus moroses
À l’image de l’hémisphère gauche, nous aide à comprendre les choses

Un couplet restera trop court, pour écrire ce que je ressens
Les scribes ont tant figé l’amour, qu’innover en devient lassant



L'auteur :
Zouximarak
Zouximarak

Passionné d’écriture, fan de Renaud depuis tout gamin, je vous laisse découvrir mon monde !! Bonne lecture.

Me contacter