STAN (eminem, and DIDO ) "chère famille"

De Weniwe le 02/02/2017 (10 visites depuis 7 jours)

STAN (eminem, and DIDO )

REFRAIN DIDO

Malgré que vous soyez lus là.
Je continue, comme si c’était le cas.
Je posais mes pensées, près de la fenêtre.
Et je faisais comme si vous pouviez les lire.
Je les écrivais ces lettres, avec ma fierté.
Et pour que vous ressentiez cet amour, que je n’ai jamais su donner.
Sachez que, j’ai passé des journées, des nuits, à vous écrire.
Des jours, des nuits, (a vous écrire écho)

REFRAIN DIDO

Malgré que vous soyez lus là.
Je continue, comme si c’était le cas.
Je posais mes pensées, près de la fenêtre.
Et je faisais comme si vous pouviez les lire.
Je les écrivais ces lettres, avec ma fierté.
Et pour que vous ressentiez cet amour, que je n’ai jamais su donner.
Sachez que, j’ai passé des journées, des nuits, à vous écrire.
Des jours, des nuits, (a vous écrire écho)


COUPLET 1 EMINEM
Chère grand-mère,
Je t’écris aujourd’hui, pour noyer mes peines.
Ces lettres que je t’envoyais au quotidien, quand j’étais enfantin.
Reviennent sous une autre forme, plus mature, mieux construire, absence de haine.
Mais je ne t’écris pas, pour me plaindre ; comme j’ai fait au quotidien.
Mais bordel qu’est ce que j’aimerai, que tu sois là.
Que tu te dis « mon petit fils à vraiment changer ».
Ma mère se plaints que je reste bloquer sur la mort de papa, elle me dit ‘Arrête de vivre dans le passé ».
Avant tout, mammy je dois te présenter mes excuses.
J’ai stoppé ces lettres, une fois la douleur passée, une fois le retour de l’envie.
Du moins c’est ce que je croyais, mais la tristesse était la, chaque jours.
J’étais un ignorant entrain de devenir souffrant.
Tout le monde, s’en foutaient de ma tronche.
Comme tu peux le voir, je me suis battu, continuant de vivre
Certes c’est grâce à tous ceux du ciel et aux rap.
Mais c’est aussi grâce, à ta garde.
Sache le, je t’ais jamais oublier, je t’oublierai jamais.
Même si il y’as eu des hauts et des bas, je t’aimes toujours.
L’oublie pas, signé ton petit fils, FABIEN



REFRAIN DIDO

Malgré que vous soyez plus là.
Je continue, comme si c’était le cas.
Je posais mes pensées, près de la fenêtre.
Et je faisais comme si vous pouviez les lire.
Je les écrivais ces lettres, avec ma fierté.
Et pour que vous ressentiez cet amour, que je n’ai jamais su donner.
Sachez que, j’ai passé des journées, des nuits, à vous écrire.
Des jours, des nuits, (a vous écrire écho)

COUPLET 2

Chère Gamin,
Certains diront que je suis complètement débile, d’écrire une lettre à un canidé
Mais n’oublie pas, je m’en tape de ce que tout les autres peuvent penser.
Nous avons passé de jolis moments ensemble, tu étais toujours la pour moi.
A la moindres colères ou blessures, tu étais la pour me réconforter, refaire venir la joie.
Je te prenais plus que pour un meilleur ami, comme un grand frère, tu m’as défendu jusqu'à mes 6ans.
On s’amusais entre amis, jusqu’à, 6,8 h du soir environ, je ne sais plus, tellement c’était long.
J en ‘avais pas d’amis, j’étais pris pour un cas social, de la part de tout le monde.
Mais toi, je savais que tu ne me trahirais jamais, es ce que c’est dur d’avoir des amis cons ?
Je ne crois pas, ce n‘étais pas difficile pour moi en tout cas, j’ai été entourer de ça.
T u avais perdu ton papa et ta maman, moi mes grands parents m’interdisaient d’être dans les bras de papa.
On a tout les deux vécu des douleurs ensemble, mais es ce qu’on a déjà craqué ? Non on est rester solide ensemble comme des frères de sang.
Souvent quand je repense, à tous ces moments de notre passé, notamment à la mort, la peine est absente.
C’est plus les colères et les regrets, qui ressortent, ma mère se plaint car je raconte ce recueille au passé.
Mais tu peux le voir, mon petit caniche, je n’ai pas lâché.
Lorsque, tu m’as dit Adieu, tu m’as léché la main, droits dans nos yeux, mouillants.
J’ai su me ressaisir malgré ça, j’ais perdu mon meilleur ami, mais il est de retour dans mon cœur, en le gardant.
Mais je ne t’oublierai jamais, merci, toi aussi
N’oublie pas, je m’en fou de ce que disent les autres.
PS : Repose en paix, ton petit frère, meilleur ami, signé FABIEN

REFRAIN DIDO

Malgré que vous soyez lus là.
Je continue, comme si c’était le cas.
Je posais mes pensées, près de la fenêtre.
Et je faisais comme si vous pouviez les lire.
Je les écrivais ces lettres, avec ma fierté.
Et pour que vous ressentiez cet amour, que je n’ai jamais su donner.
Sachez que, j’ai passé des journées, des nuits, à vous écrire.


COUPLET 3

Ceci, est la partie la plus discutable de cette chanson
Que vous me prenez pour un fou ou un pantin, je vous insulterai de cons.
Je veux juste faire savoir, que depuis longtemps, je me fais botter le cul.
Depuis 13 ans, je croyais que la vie, était cool, que c’était le paradis, loin d’être nul.
J’en ai appris une grande leçon, à cause de mon ignorance de merdeux.
Alors c’est ça la vie, vivre voir des gens mourir, pour mourir a ton tour.
Je suis sur cette voie, depuis que j’ai 3 ans !
« Hé Dieu ! Es ce que ça vous amuse ?de prendre l’âme des gens, sans prévenir.
Disant cette phrase, que tout le monde connaît, tout les meilleurs, partent en premiers.
Mais avez-vous déjà pensé que les gens qui méritent de rejoindre, le paradis.
Seront d’accord, à dire que l’entourage mérite de souffrir ?
Cela m’étonnerai, fortement, certains veulent les rejoindre à tout prix, quitte à se suicider.
Vous voulez l’aider, mais c’est trop tard, c’est là que
Vous vous dîtes « il a pas su être meilleur qu’avant »
Je le répète, je le suis depuis que je suis tout petit dans cette voie, et j’en suis encore à ce même moment.
Es ce que je ne vous ai pas assez, aimer, respecter ?
Si c’est le cas, je vous en supplie, acceptez mes excuses.
Je vous est aimez Dieu, je croyais qu’on allait être unis pour toujours.
Vous m’avez trahis, ma croyance puis mes rêves en vous, on été effacer.
Dans ma tête j’ais crier votre nom, dans mon sommeil, je vous demandai du secours.
C’est vraie Dieu. (Cris de peur en fond)
Ta geule, sale pute, je suis en plein deuil ! Arrête !
Eh Dieu, c’est mes démons qui sont enfermé, dans le coffre de ma bagnole.
Direction, le lieu de ma mort, mais j’en suis conscient, j’ai fais énormément de pêchés.
Mais vous avez été une aide, et à la fois fait une erreur envers vous.
Eh bien, c’est sur quelques mots, que je vais venir vers vous.
Oh merde ! Je vais me planter, j’aurai pas le temps, d’avouer vos pêchés a eux……
(Crissement de pneus, pluie tombante, accident orages, cris, eau plongeante)
…..
….
REFRAIN DIDO

Malgré que vous soyez lus là.
Je continue, comme si c’était le cas.
Je posais mes pensées, près de la fenêtre.
Et je faisais comme si vous pouviez les lire.
Je les écrivais ces lettres, avec ma fierté.
Et pour que vous ressentiez cet amour, que je n’ai jamais su donner.
Sachez que, j’ai passé des journées, des nuits, à vous écrire.

COUPLET 4

Chère famille, (pluie tombante)
Je sais très bien qu’avec tout ce que j’ai pu dire, dans votre dos et inversement, ça vas être dur.
Ecoutez ! Je m’excuse de tout ce que je vous ai dit, insultes, moqueries et critiques, y compris.
Je n’ai jamais vraiment eu l’occasion de savoir la vraie définition du mots « Amour » ou « Affinité »
Je m’excuse de vous avoir mis de côtés et de ne plus vous envoyez de courrier.
Ces nouvelles lettres sont accompagnées de mon amour du rap, cet intérêt est pour tous.
Mais je connais la vraie définition du mot « famille », »mort », « deuil » et « perdurer ».
Je voudrai m’excuser de tout ces erreurs, que j’ai pu faire, étant obsédé dans l’itinérance.
Certains pêchés seront inexcusable, comme certains injures, d’un jeune ignorant, perdu dans l’indifférence et l’enfance.
Croyant être à l’abri, de tous ces deuils de la vie, je n’ai plus vraiment l’envie de mourir.
J’ai envie d continuer a vivre, pour espérer, réaliser un rêve, qui est devenu mon but ultime.
Relax, c’est pour vous, si je le fais, j’espère que vous me pardonnerez.
En attendant, que je réalise, dites vous que si je passe des centaines de nuits pour vous.
A écrire des lettres, ce n’est pas par pure hypocrisie, c’est que je serai prêt à saigner pour tous.
J’écris toutes mes chansons, avec le cœur, avec amour, pour certains gens.
Je le fais car je le veux, si je mets 1 an, à écrire une chanson sensible, pour faire le tour du monde,
Si j’arrive à fermer ces démons, ce n’est pas pour eux, mais bien … …… pour vous !
Merci (éclair, orage)