WHEN I’M GONE (mon texte ) TU AVAIS L’HABITUDE (ce n est pas une traduction mais une aspiration EMINEM

De Weniwe le 21/01/2017 (11 visites depuis 7 jours)

WHEN I’M GONE TU AVAIS L’HABITUDE
EMINEM (texte# 2)







Yeah (intro) c’est ma vie..... Que je vais vous raconter.
Couplet 1
As tu déjà connu cette sensation, de te plus te sentir fort?
Tellement fort que tu n'arrive plus a t'exprimer.
Nan, as tu déjà connu un drame, qui t'as arracher du réconfort?
Où tu sens dans ton coeur, que tu as été coupé.
De cette vie, qui t'as agressé au quotidien.
Moi j'ai connu le coma, je me et il c'est battu
. Malheuresement, Dieu a du faire un choix,en prenant le mien.
Sans me donner réellement, ce temps, de l'avoir pour la dernière fois aperçu.
Cette douleur sera jusqu'a ma mort. " Papa regarde ce que je t'ai fait!"
"Désolé, Fabien, je suis occuper, désolé de t'envoyer dans ton fort."
"Papa, maman rentre quand enfaîtes?"
"Je ne sais pas fiston, s’il te plait, vas voir ailleurs, je bricole, de toute façon, ta mère est l esclave de son patron.»
A ces moments la, après l'appel téléphoniques de maman,"qu'es qu'elle peut me gonfler, j’ai bien raison".
Mais une putain de choses que tu n'as pas pensé, c’est si durant la fin, on t’a empoisonné.
Si c'est le cas, même si ce n'est pas le cas, sache une chose qui te fera remédier a ça.
Depuis ton départ, tu ne peux pas savoir, comment on t’a aimé. 'Hum".

REFRAIN

Tu avais l'habitude de me faire comprendre.
Le jour où tu partiras, le monde sera toujours aussi beau.
Nous ne devons pas, nous laisser prendre, par cette demande.
Nous devons rester solide, ne pas flancher, par ce rideau.
Qu'on garde espoir, lorsque on entend le son de ta voix.
Mais sache que cette phrase d’habitude, je ne l'ais toujours pas oublier.
Le monde est parti en vrille, depuis que tu es nous as quitté.
Comment dire ça, sans vouloir te réclamer?
J espère que tu peux m'entendre, de là haut.
Je prie et pense a toi, chaque jours lorsque j'entends le son de ta voix.

Couplet 2
Je viens de refaire ce rêve, j’arrive pas a le faire stopper, en criant"arrêter!"
Crie petit y, crie ça nourrira ces esprits tourmenter.
"Pourquoi? Pourquoi? Est elle dans ma chambre en étant effondré?"
"Fiston, écoute, on c'est encore engeuler et envoyer dessus,c'est notre attitude."
"Papa, écoute, vous l'avez dit, vous m'avez promis que c'étais la dernière fois, mais vous poursuivez vos engeulades pour vous tuez".
Mon père l’a rencognais, emprunt de rage, envers soi.
Moi qui le suppliait"Papa, papa, s’il te plaît, je t'en prie, arrête toi".
Et c'étais repartis, les coups poings de mon père et les contres de ma mère.
Si y'avait plus de témoins, vous m'auriez sûrement pas pris pour un menteur.
Si seulement ces putains de mûrs, pourraient parler, qu’ils en diraient eux.
Ils diraient "Oui, nous avions tout vue, nous étions les premier spectateurs.
Maintenant mon grand, tu veux vivre ton rêve? Hé bien commence dès ce soir.
Courage, travail bien et on te dit a toute à l'heure.
Mais n'oublie pas, ça peut être juste un au revoir, mais ça c'est a toi de voir.

REFRAIN
Tu avais l'habitude de me faire comprendre.
Que lorsqu'au jour, où tu partiras, le monde sera toujours aussi beau.
Nous ne devons pas, nous laisser prendre, par cette demande.
Nous devons rester solide, ne pas flancher par ce rideau.
Qu'on garde espoir, lorsqu’on entendra le son de ta voix.
Mais sache que cette phrase d'habitude, je ne l'ais toujours pas oublier.
Le monde est parti en vrille, depuis que tu nous as quittés.
Comment dire sans te réclamer? J'espère que tu peux m'entendre de la haut.
Je prie et pense a toi, chaque jours, lorsque j'entends ta voix.

Couplet 3
Une vingtaines de personnes, s’on venues, a son enterrement.
Je leur remercie, d’être venues, amicalement.
D'avoir remplis, les bancs, et les rangs.
Le moment de se quitter fût un vrai nouveau départ.
A la fin de la cérémonie, je ne pouvais retenir mes larmes.
Sous mes yeux, ce discours imaginaire, que je n'arrivai pas a stoppé.
"Papa pourquoi es- tu partie si tôt, maman et moi, nous avons besoins d'un défenseur."
"Mais mon fiston, je souffrais avec tout ce corps, je devrais dire (A) dieu, merci de m'avoir sauver."
"Rappelle toi bien, papa, je te l'avais dit. T’as qu’à mourir, quand tu seras mort, je serai en fête.
Je ne le pensai vraiment pas a ce que je disais, depuis je loin d’être satisfait.
Excuse moi nous devons partir, Maman doit être écrouler à terre." "Mais, mon fils attends...."
"C'est trop tard papa, pour les regrets, tu as fait tes choix.
Où Dieu l’a fait pour toi.
Mai ça je l'accepte, même si ça vas être dur, de l'admettre.
Sache que je m'excuse, de toutes mes insultes et pêchés, je t'aime.
Passe le bonjour à tout le monde, de la famille.
Sache que jamais, j’oublierai pour quel nom, j'ais pleurer durant toutes les fois que j'allais au lit."

Ca a été dur, ouai ça a été vraiment dur.
De dire que papa, est partis, ouai, au paparadis.
Que ce fut dur, les premiers temps, une vraie torture.
Ce l'a fermer durant tout ce temps blesser, Je le jure sur la tête de Dieu, Marie, Joseph.
Si j'aurai un flingue dans ma poche,je me serai tuer.
Pour que cela soit tout terminer.
Ma souffrance soit finit.
Que je ferme mes yeux, quand mes démons, s’en iront.
Que ma vie de merde, qu’elle soit stoppée.
Sans ces 4 ans, qui m'ont donné le temps, de me relever.
J'aurai préférer, me réveiller, dans un monde fleurît.
Que le printemps rayonne, que les oiseaux chantent.
Et que la paix, soit appliquer, que ici nous l'ignoreront.
Qu'ils y 'aient tout les membres de familles disparus.
Que je les prends, dans mes bras, où la les larmes couleront.
Et que des anges s'amusent dans ce monde, de blanc cumulus.
Et qu'enfin je retrouve ce sourire et cette joie de revivre à fond.

REFRAIN
Tu avais l'habitude de me faire comprendre.
Que le jour où tu partiras, le monde sera toujours aussi beau.
Nous ne devons pas, nous laisser prendre, par cette demande.
Nous devons rester, solide, ne pas flancher par ce rideau.
Mais sache que cette phrase d'habitude, je ne l'ais toujours pas oublier.
Le monde est parti en vrille, lorsque tu nous as quitté.
Comment dire ça, sans te réclamer?
J'espère que tu peux m’entendre, de là haut.
Je prie et pense, chaque jours, lorsque j'entends le son de ta voix.