UN JOUR ORDINAIRE

De Philippe Darnault le 31/07/2016 (7 visites depuis 7 jours)

Le ciel aux premières heures
Assortit ses couleurs
A celles de l'océan

Offrant une aquarelle
Aux teintes irréelles
Libérées du néant.

Et pour mieux apprécier
Ce spectacle princier
En ce matin si beau

Une élégante silhouette
D'une cavalière au trot
Soulève un vol de mouettes.

-----------refrain------------

Le soleil au petit jour
Eclot comme la rose
Et termine son parcours
Comme s'achève la prose.

-------------------------------

Mais au zénith brûlant
Quand raille le goéland
La plage désertée

Retrouve son prestige
Comme l'ombre d'un vestige
Longuement exploité.

La mer calme et limpide
Griffée par des bolides
Aux traces de blanches écume

Somnole aux fines odeurs
Des parfums que l'on hume
Enivré de senteurs.

-----------refrain-----------

Le soleil au petit jour
Eclot comme la rose
Et termine son parcours
Comme s'achève la prose.

------------------------------

Le bel astre en silence
Se fond aux nuances
De ses dernières lueurs

Baignant dans l'océan
Puis glisse vers le néant
Imprégné de couleurs.

Des brasiers à foison
Auréolent l'horizon
Pour l'ivresse des yeux

Et s'éteignent lentement
Fondant l'onde et les cieux
Dans le même élément.

-----------refrain----------

Le soleil au petit jour
Eclot comme la rose
Et termine son parcours
Comme s'achève la prose.

-----------------------------

La nuit jette son voile
Comme le peintre sur la toile
D'un chef-d'oeuvre éphémère

D'un fond noir de revanche
Criblé de perles blanches
Comme des yeux de lumière.

Des paillettes de verre
Sur la vague légère
Scintillent sur l'océan

Et veillent au prochain sacre
Demain à l'aube d'argent
Sur ce miroir de nacre.

-----------refrain--------------

Le soleil au petit jour
Eclot comme la rose
Et termine son parcours
Comme s'achève la prose.

--------------------------------

Philippe Darnault