Les filles de Messe

De Damien Glez le 05/04/2016 (3 visites depuis 7 jours)

Il n’y a rien de plus joli
Qu’une fille moyennement jolie
    Dans une église
Entre la statue d’une vierge
Et une bigote au teint de cierge
    Aux paupières grises

(refrain)
    Notre Père qui est aux cieux
    Fais que brillent de mille feux
    Les filles banales et furtives
    Drapées d’une foi naïve

Les vieilles pierres donnent du mystère
A quelques silhouettes éphémères
    Sous les vitraux
Pendant que le curé sermonne
On voit entre bedeaux et nonnes
    Des filles de dos
Les cous laissent deviner les yeux
Hosanna au plus haut des cieux
    Sous Jésus-Christ
Sans porter une robe de bure
Ni goûter au pain sans levure
    D’eucharistie
Tant pis s’il faut prévoir confesse
Car le goût d’aller à la messe
    Alors augmente
La pénible génuflexion
Peut devenir exploration
    De ces ferventes
Il paraît qu’au milieu du culte
On serre les mains en un tumulte
    Qu’on me le dise
Si j’peux lors de ces quelques messes
A l’envers de ces quelque fesses
    Tenter la bise