Seuls ensemble

De Damien Glez le 20/03/2020 (29 visites depuis 7 jours)

Jamais si nue la Rue Marbeuf
Même au but d’Ivan Periši?
Jamais si muet le Pont-Neuf
Un soupir de Yankelevich

Aux confins du confinement
Vide la place Félix-Éboué
Et la rue Carolus-Duran
Désertée pour un canapé

Quelques frondeurs bas de plafond
Font leur numéro de bravoure
Entre les rats et les pigeons
Du plus p’tit cerveau le concours

Et l’on invoque la résistance
Le rationnement de cancoillotte
« Le beurre il est pas un peu rance ?
Sors-moi du congélo trois mottes »

(refrain)
Mais plus, plus on se barricade
Et plus, plus on fait société
Applaudissements et aubades
Bienveillance défenestrée

Mu en baudruche à coquillettes
Piñata gorgées de maoams
Tonton Guy noie dans les rillettes
Sa nostalgie du macadam

Jaugeant l’état de son brushing
Pas assez boursouflé, moins mauve
Tante Huguette rêve d’un relooking
De Cristina dans son alcôve

Un soprano de son bunker
Extermine en contre-plongée
En Facebook live « Tannhaüser »
En FaceTime « Il Trovatore »

Les climax de « Plus belle la vie »
Nous paraissent du Kusturica
Plus brillants que Rosselini
Qui aurait dévoré Wajda

(refrain)
Mais plus, plus on se barricade
Et plus, plus on fait société
Applaudissements et aubades
Bienveillance défenestrée

Rendez-nous les gaz d’échappement
Les frotteurs de la ligne 18
Les camions de déménagement
Et les pavés de 68

On veut le goût, une dernière fois,
Des barres de pole dance du « Wicked Bar »
Des postillons des hommes de foi
Dispersés par les encensoirs

Plus jamais les nems décongelés
Plus jamais les nuggets en boîte
Rendez-nous les graisses saturés
De nos chawarmas au nitrate

Quand sonn’ra la libération
Remontant les Champs-Elysées
On respir’ra à pleins poumons
Les effets d’serre déshinibés